Chouchen et hydromels

11 résultats affichés

Un peu d’Histoire autour de l’hydromel breton

Tantôt appelé chouchen (en Breton, chouchenn) ou hydromel, cette boisson bretonne alcoolisée portant le doux surnom de “boisson des dieux” est sans doute l’un des alcools bretons les plus anciens connue et consommée par l’Homme. Les écrits retraceraient l’exitance de l’hydromel au Ve millénaire avant J.-C. ! Ce breuvage était de rigueur au sein des communautés grecques et romaines puis s’est ensuite popularisé chez les Gaulois. Dans la mythologique nordique, les peuples scandinaves et précisément les Valkyries consommaient des cornes d’hydromel lors du festin des Dieux.

Quelle différence entre le chouchen et l’hydromel ?

La principale différence qui distingue le chouchen de l’hydromel se situe au niveau du procédé de fabrication. En effet, l’hydromel est une boisson fermentée à base d’eau, de miel et de levures (soit des levures endogènes que l’on retrouve dans le miel ou des levures exogènes c’est-à-dire rajoutées en plus), alors que dans le chouchen, plus populaire en Bretagne d’ailleurs, on y ajoute aussi du jus de pomme ou du cidre ! Il est donc fréquent que le degré d’alcool du chouchen de bretagne soit supérieur à celui de son cousin l’hydromel.

Quel goût à le chouchen ?

De part sa présence de miel et de pommes, vous l’aurez compris, le chouchen développe des arômes fruités et miellés évidents. Toutefois, il n’existe pas un chouchen au goût uniforme mais des tas de variétés et de recettes différentes. Preuve en est avec nos moultes artisans et distilleries bretonnes telles que la Cave du Dragon Rouge (heureux vainqueur de très nombreuses médailles à l’occasion du Concours Général Agricole du salon de l’agriculture, dont l’or avec son chouchenn Breizh Origine, la Distillerie Fisselier ou encore Lancelot avec son chouchen Merlin l’Enchanteur. A l’instar du cidre breton qui peut être doux ou brut, il existe différents niveaux de taux de sucre pour les chouchens qui peuvent ainsi être doux, demi-secs ou secs et donc plus ou moins sucrés (le doux étant le plus sucré et le sec, généralement fermenté plus longtemps en barrique, presque dénué de sucre). Et comme dans les whiskies et les eaux-de-vie, il existe aussi des maturations différentes et des vieillissements en futs plus ou moins longs : on trouve ainsi des chouchens jeunes ou vieux, lentement fermentés en fûts jusqu’à parfois 36 mois ce qui leur confère plus de rondeur et des parfums plus puissants.
Il existe d’ailleurs aussi des chouchens aromatisés, tels que la gamme Hdyromelix que nous proposons sur la boutique : fraise de Plougastel, caramel salé ou encore Hydromel de Noël aux épices, des saveurs inédites qui ne manqueront pas de vous faire voyager en Bretagne à l’heure de l’apéritif !

Comment utiliser le chouchen ?

Il est de rigueur de consommer le chouchen breton nature, généralement frais, dans un verre à vin ou verre cocktail. Avec des glaçons à apéritif ou sec en digestif, c’est vous qui voyez, l’hydromel se déguste de bien des façons. L’hydromel vieux sera d’ailleurs parfait en fin de repas. Il est par ailleurs préférable de le servir aux alentours de 10 à 14°C pour en apprécier ses arômes. Mais le chouchen est également parfait en base de cocktail : il existe des recettes de cocktail, du punch breton en passant par le kir celte qui vous permettront de le déguster autrement.
Mais on retrouve aussi le chouchen en cuisine, incorporé dans des recettes : vous trouverez d’ailleurs sur notre boutique quelques produits inédits à base de chouchenn, tel que le confit de chouchen breton, le vinaigre de chouchen ou encore le thé Baronny’s Plougastel à la fraise et à l’hydromel !

Les croyances populaires autour de l’hydromel

Il existe de nombreux mythes autour de l’hydromel, le plus connu étant que boire trop d’hydromel pouvait vous faire tomber à la renverse et de perdre l’équilibre. Mythe ou réalité, il se trouve qu’autrefois, lors de la récolte du miel, il était de rigueur de broyer les alvéoles et donc ce qui s’y trouvait à l’intérieur (des abeilles donc). Ainsi, le venin d’abeille pouvait se retrouver dans la boisson et aurait pour conséquence une action particulière sur le cervelet, zone située à l’arrière du crane et responsable de nos fonctions motrices, ce qui ferait tomber les personnes littéralement en arrière ! Que l’on se rassure, ces méthodes de production d’hydromel sont drastiquement différentes aujourd’hui, mais trop en consommer pourrait mener à un état équivalent (alors nous vous invitons chaleureusement à boire avec modération !)
Toute autre ambiance, dans la mythologique nordique, cette boisson au miel avait le pouvoir de donner un talent de poète à celui qui en buvait (on le surnomme ici l’Hydromel poétique !).
Chez les Celtes comme chez les Grecs, l’hydromel est une boisson divine : on pouvait ainsi lire le nom de Nectar des Dieux ou Ambroisie dans les récits grecs, associant ce breuvage à une boisson sacrée qui leur donnerait l’immortalité. Dans la mythologie celtique, une rivière d’hydromel coule au Paradis !

3 avis
1 avis
2 avis
1 avis
1 avis
1 avis